AU TOUR DE NOUS

Nous sommes vos empreintes, vos fibres, vos sécrétions, vos preuves
Nous sommes la goutte de sueur qui s’écoule le long de votre nuque 
Nous sommes les gargouillis des estomacs creux dans les amphithéâtres
Nous sommes la paperasse administrative qui inlassablement s’entasse
Nous ne sommes pas les jeunes français qui ont envie de devenir milliardaires
Nous sommes des tentatives poétiques en lacrymocratie 
Nous sommes un mélange insensé de fureur et de tendresse
Nous sommes des bouches remplies de ciel, nos dents des nuages avides d’oiseaux
Nous sommes vos enfants qui ont mal tourné
Nous sommes en désordre
 
Nous ne voulons plus être des lapins dans des phares
Nous ne voulons plus nous immoler pour que le pouvoir cesse de nier notre parole 
Nous ne voulons plus nous immoler et que le pouvoir nous diagnostique dépressif.ve.s, les cris dans les bouches des gens en fluo bloqués dans nos gorges épines rayant la peinture 
Nous sommes la grève générale, disent les hongkongais 
Nous sommes les chalecos amarillos, disent les Mexicains 
Nous sommes en fait le rêve général sur les pancartes qu’on lit plus loin 
Nous sommes dévoré.e.s de désirs 
Nous sommes en long en large et en travers 
Nous ressentons tout
Nous marchons dans nos têtes, prêtes à mourir sans un coucher de soleil
Et parfois nous ne ressentons plus rien 
Mais aussi dans les rues
 
Nous cherchons 
 
Nous sommes des langues mouillées des langues plurielles des mélanges de salive 
Nous sommes des coulées de lave à refroidissement non-programmé
Nous sommes des questions sans réponses 
Nous sommes les déceptions grandissantes des générations précédentes 
Nous rêvons de feu 
Mais 
Nous ne savons pas ce que nous veut dire 
Et
Nous voulons arrêter de vouloir
Qu’il suffise de se savoir, de se vouloir parfois
 
Nous voulons caresser le mot et entendre son consentement 
Nous apprenons à écouter 
Nous collectons du sensible pour en scotcher des fragments 
Nous sommes des ébauches d'étreintes 
 
Nous avons la tentation d'abolir les limites de nos corps, avoir quinze jambes courir plus vite que n'importe quelle voiture de flic 
Nous sommes les chevaux entres les jambes de la police montée 
Nous fuyons par les trous laissés entre les boucliers 
Plongeons nos doigts où il ne faut pas.
Nous coulons en glaise morte, les pancartes baissées, l’eau au bord 
Nous faisons le choix d’être nous en ENTIERES internationalES 
Nous nous autodéterminons
 
Texte collectif de Amédine Sédès, Chloé Azzoppardi, Stéphanie Vovor, Flora Donars, Toto El Toto, Agathe Anne, Lisa Ducasse

  • Icône social Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale